Recherche

DE LA COMPÉTITION À LA CUSTOMISATION

Nouvelles missions, même collaboration: depuis plus d’une décennie, un étroit partenariat unit Sport-Evolution et MOTOREX.

Élégante, fine comme une lame et propulsée par un trois-cylindres inédit, lors de son apparition en 2005, la Triumph Daytona 675 a mis les milieux motards en émoi! Les fans de sport moto durent toutefois faire preuve de patience pour la voir en compétition, car rares étaient les patrons d’écurie à oser aligner une Anglaise face à la concurrence japonaise.

LICORNE D’OR EN SUPERSPORT 600

L’un de ces rares courageux fut Dietmar Franzen, propriétaire de l’officine de tuning Sport-Evolution (SE) à Coblence. Ambition affichée pour la saison 2007: gagner le titre en supersport au championnat international allemand de moto (IDM). En un rien de temps, il parvint à réunir un team performant. Dès sa première participation, G-LAB Racing by MOTOREX remporta, avec quatre victoires, bien plus que de simples succès d’estime. Cependant, cette première saison fut aussi une galère du point de vue technique. Pour que les moteurs développent une puissance adéquate, il fallait les pousser en régime, ce qui, dans le cas du trois-cylindres de 675 cm³, entraînait une usure prématurée. Le vilebrequin de la Triumph Daytona ne comportant qu’un seul orifice d’alimentation, la remontée de lubrifiant était insuffisante. De ce fait, le film au régime maximal était tout bonnement inexistant et le haut du moteur tournait à sec.

«Les moteurs cassaient plus vite qu’on ne pouvait les réparer, se souvient Dietmar Franzen. Ils tenaient à peine 150 à 250 km et le plus souvent, nous en cassions trois sur un week-end. Vu les contraintes imposées par le règlement, notre seul espoir résidait dans le choix du lubrifiant. Fort heureusement, nous avions MOTOREX comme partenaire lubrifiants et à travers eux nous avions accès à leur département recherche et développement. Ronald Kabella, directeur de la division Powersports, m’avait promis qu’ils trouveraient une solution. Et ils ont tenu parole.» Les spécialistes MOTOREX développèrent une huile offrant des propriétés exceptionnelles d’adhérence et de stabilité à la pression et au cisaillement et capable d’assurer une lubrification suffisante à très haut régime. Le résultat fut impressionnant: lubrifiés à la MOTOREX, les moteurs tenaient bon jusqu’à 1800 km, soit dix fois plus qu’auparavant.

CUSTOMISATION ET SAVOIR-FAIRE

Aujourd’hui retiré de la compétition, Dietmar Franzen se consacre désormais aux anciennes motos BMW et à la customisation. «La customisation m’a fait redécouvrir la moto, commente-t-il. Ces transformations me permettent de donner libre cours à ma créativité tout en utilisant mon savoir technique. Car le design et le lifestyle, c’est une chose, mais je veux que mes motos roulent à la perfection! » Souhait exaucé grâce à MOTOREX, avec qui Franzen a développé des cartouches de fourche high-tech qu’il propose avec différentes douilles de précontrainte combinées à de l’huile de fourche MOTOREX en trois indices de viscosité adaptés à différents usages, de la grande routière à la moto sportive. Pour que ces vénérables moteurs boxer deux soupapes par cylindre refroidis par air gardent la tête froide en toutes circonstances, Sport-Evolution utilise l’huile moteur Evotec SAE 20W/50 de la gamme Classic Line de MOTOREX, tandis que pour bichonner les belles, les produits MOTOREX de la gamme Clean & Care font merveille!

close

Nous utilisons des cookies pour améliorer nos services. En utilisant ce site Web, vous acceptez ce qui suit. Pour en savoir plus sur les questions juridiques et la protection des données.