Recherche

TUNNEL ROUTIER DU SAINT-GOTHARD CHANGEMENT DE POUMON

Dans le plus long tunnel routier alpin, des ventilateurs géants renouvellent plus de 600 000 m3 d’air par heure, assurant ainsi la sécurité d’exploitation de l’ouvrage. Tous les dix ans, ces poumons graissés à la MOTOREX doivent subir une révision.

La qualité de l’air dans les tunnels doit répondre à des prescriptions très sévères. Inauguré en 1980, le tunnel routier du Gothard, long de 16,9 km, ne fait pas exception. Ses 23 ventilateurs (11 pour l’amenée d’air, 12 pour l’extraction) et ses 178 clapets d’extraction régulent automatiquement la qualité de l’air en fonction de la situation à l’aide de capteurs qui mesurent la vitesse du vent, la visibilité, le taux de monoxyde de carbone, la densité du trafic, la pression atmosphérique et la température. L’installation est surveillée par la centrale d’exploitation de Flüelen, qui peut la piloter manuellement en cas d’urgence. Au besoin, la centrale d’exploitation de Göschenen est elle aussi prête à intervenir.

 

DISSIMULÉS DANS LA VOÛTE

Les conduits d’aération et les ventilateurs sont dissimulés dans la voûte du tunnel. Pour les travaux de maintenance réguliers, les ventilateurs de type turbine sont accessibles par le haut, tout comme l’installation hydraulique de réglage des ailettes (régulation du fl ux d’air) et le système de graissage par circulation des paliers de rotor. Selon le type de construction, les ventilateurs pèsent entre 16 et 30 tonnes. Leur dépose s’effectue depuis la chaussée, par une trappe antiincendie pratiquée dans la voûte du tunnel. Cette opération exige la fermeture complète du tunnel ainsi qu’un important dispositif logistique et personnel.

 

REMPLACEMENT EN MOINS DE 24 HEURES

L’atelier d’Airolo a en stock un ventilateur révisé et prêt à l’emploi de chacun des cinq types utilisés dans le tunnel. Lorsqu’une révision majeure doit être eff ectuée, Michael Zgraggen, chef du groupe mécanique à l’atelier de Flüelen, et ses dix acolytes entrent en scène. Cette fois, il s’agit de déposer le ventilateur de la section 64 pour une révision générale. Pour les besoins de l’opération, qui a lieu entre 20 h et 5 h, le tunnel est fermé. Depuis la chaussée, une équipe démonte le panneau anti-incendie, tandis qu’une autre, par le haut, prépare la dépose du ventilateur, s’aff airant dans un endroit des plus exigus. Au bout de quatre heures, le ventilateur de près de 30 tonnes est sorti de sa niche et déposé sur une plateforme de transport surbaissée. La plateforme est guidée par un opérateur, avec une précision centimétrique, à l’aide d’une commande hydrodynamique à mesure laser. Ensuite, elle est attelée à l’avant et à l’arrière à un camion à trois essieux et l’attelage de plus de 110 tonnes se rend à l’atelier de Flüelen sous escorte policière.

 

GRAISSAGE DES PALIERS DE ROTOR

Le plus gros des ventilateurs est entraîné par un électromoteur d’une puissance de 2920 kW. Son rotor tourne sur des paliers coniques. Leur remplacement exige de démonter le ventilateur, aussi ces paliers sont-ils conçus pour une durée de service de dix ans. Les fortes variations de température, les énormes pressions et l’humidité auxquelles ils sont soumis représentent un défi technique en matière de lubrifi cation. L’usure excessive des paliers a amené la direction des travaux publics du canton d’Uri, responsable de l’entretien du tunnel, à se faire conseiller par MOTOREX. Au terme de diverses analyses, le choix s’est porté sur l’huile industrielle et hydraulique multigrade MOTOREX Corex HV 100. Le lubrifi ant est injecté sur le palier latéralement par le haut en circuit fermé. Il s’écoule dans un carter où la partie inférieure du palier est lubrifiée et refroidie en permanence. MOTOREX Corex HV 100 est parfaitement adaptée à une utilisation à des extrêmes de température. Par sa très haute résistance au cisaillement et sa protection anticorrosion longue durée, le lubrifi ant Corex HV 100 est pour ainsi dire conçu pour le tunnel du Gothard.

 

RÉVISION ET SAVOIR-FAIRE

Jusqu’ici, chacun des ventilateurs du tunnel routier du Saint-Gothard a subi trois révisions générales. Ces révisions sont eff ectuées à l’atelier de Flüelen conformément aux prescriptions du constructeur. Après le démontage et le nettoyage du ventilateur, toutes les pièces mobiles sont mesurées et les pièces d’usure sont remplacées, les paliers notamment. Même au bout de dix ans d’utilisation, grâce à la solution de lubrification de MOTOREX, ils ne présentent guère de traces de roulement. «C’est vraiment rassurant», commente Michael Zgraggen, responsable depuis 25 ans du parfait fonctionnement des équipements mécaniques du tunnel du Gothard. Pour lui, une sécurité de fonctionnement absolue est la seule chose qui compte.

close

Nous utilisons des cookies pour améliorer nos services. En utilisant ce site Web, vous acceptez ce qui suit. Pour en savoir plus sur les questions juridiques et la protection des données.