Recherche

A-REX M9300 CROQUEUSE DE BÉTON

«Si ce que nous cherchons n’existe pas, nous le ferons construire sur mesure pour nous!» C’est dans cet état d’esprit que l’entreprise Aregger AG, à Buttisholz LU, a imaginé et fait construire un engin de déconstruction hors normes. Active dans le bâtiment et le génie civil, cette entreprise familiale innovante est également spécialisée dans les projets de déconstruction complexes, où le respect des délais joue un rôle déterminant.

Le terme «déconstruction» vous fait penser à une boule de démolition accrochée à une grue, entourée d’une ou deux pelleteuses et d’un camion-benne? Vous n’y êtes plus! Non seulement les méthodes de déconstruction d’ouvrages complexes ont changé, mais les prescriptions légales et, surtout, les exigences des maîtres d’ouvrage ont beaucoup évolué. Aujourd’hui, la déconstruction d’un gros immeuble coïncide avec la mise en chantier d’un nouveau projet.

UN DOMAINE DE HAUTE TECHNICITÉ

Un projet de déconstruction complexe exige des prestations de pointe, même dans des conditions difficiles: travailler dans un espace exigu, produire le moins possible de poussière, de bruit et de vibrations et ne pas perturber le trafic, tout en respectant les normes de sécurité les plus strictes et les prescriptions environnementales en vigueur. Aregger AG s’est spécialisée dans les chantiers de déconstruction rapide de grande ampleur (tours, ponts, cheminées, bâtiments industriels, etc.). Avant d’entamer un chantier de ce type, ses spécialistes établissent un plan de déconstruction détaillé, tenant compte de tous les facteurs et intervenants. Les puissantes machines d’Aregger, aux dimensions optimisées, équipées d’outils – dont certains sont conçus sur mesure –, sont capables de croquer des éléments en béton d’une épaisseur jusqu’à 2,3 m et des poutres en acier jusqu’au profil HEB 100, à une hauteur maximale de 65 m ou une profondeur de 20 m. Un ballet bien orchestré de gros engins permet la déconstruction d’importantes quantités de béton en une heure. Avant les travaux, un inventaire des éventuels matériaux contaminés est dressé (amiante, PCB, HAP), afin d’organiser leur déconstruction, leur séparation et leur élimination dans les règles, en prenant les mesures de précaution qui s’imposent. Pendant ce temps, la date de la mise en chantier du nouveau bâtiment approche inéluctablement …

PLUS PUISSANT = PLUS RAPIDE

Dans un projet de grande ampleur, l’utilisation de machines puissantes est logiquement un avantage. En cas d’imprévu (site contaminé, sol instable, venue d’eau), les machines performantes contribuent au respect des délais. Un contexte parfait pour l’A-Rex, un engin hors normes imaginé et conçu de A à Z par les ingénieurs d’Aregger AG. «Le bras de l’engin peut atteindre des bâtiments de 65 mètres de haut, ce qui nous permet de travailler deux fois plus vite et d’être moins sous pression», explique Franz Muri, responsable Déconstruction chez Aregger AG et «père» de l’A-Rex, dont la construction a pris pas moins de trois années.

RECORD EN VUE …

Il est difficile d’anticiper et encore plus de calculer les charges qu’un engin de déconstruction devra supporter, alors que pour une grue, ces valeurs peuvent être déterminées avec précision. Afin que l’A-Rex soit paré pour les projets les plus difficiles, les ingénieurs ont vu grand. L’engin est construit sur la base d’une pelleteuse Liebherr, conçue pour une exploitation continue en milieu minier. Ensuite, les différents éléments ont été transformés de fond en comble, considérablement renforcés et préparés pour répondre aux exigences de la catégorie de puissance visée.

 

A-REX M9300: CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

  • dimensions: 20 m de long, 9 m de large, jusqu’à 70 m de haut
  • moteur diesel de 580 kW avec un filtre à particules
  • poids en ordre de marche: jusqu’à 300 t (en fonction de l’équipement)
  • châssis à réglage hydraulique
  • chaque chenille a une longueur de 10 m, pour 2 m de haut et un poids de 42 t
  • hauteur de travail jusqu’à 70 m
  • aire de manœuvre requise: 70 m2
  • concept de base variable et divers outils
  • démontage et montage autonomes
  • huit à dix semi-remorques sont nécessaires à son transport
 
 

PRÉCISION  DU GESTE

Le pilotage de ce titan exige non seulement une vaste expérience et une concentration de tous les instants, mais aussi une bonne capacité d’évaluer les risques, par exemple lorsqu’il s’agit de croquer une dalle de béton à 40 m de hauteur avec la pince magnum construite par l’entreprise Aregger elle-même (poids à vide: 14 t). Tout comme les petits engins de déconstruction, l’A-Rex se commande au moyen de deux manettes, en tout et pour tout. Pour cette raison, son pilotage, tout comme celui des gros engins en général, est exclusivement confié à des conducteurs chevronnés, ayant reçu une formation spéciale. Qu’il s’agisse de déconstruire un pont d’autoroute, une tour, une citerne de raffinerie en acier haute de 50 m ou une partie d’une usine chimique encore en exploitation, leur expérience et leur aptitude à évaluer la statique d’un ouvrage sont mises à l’épreuve en permanence.

UNE MUSCULATURE HYDRAULIQUE INFATIGABLE

L’hydraulique du géant contient près de 2000 litres d’huile. Avant d’arriver aux cylindres, le fluide traverse un labyrinthe de pompes, de soupapes, de moteurs hydrauliques ainsi que plusieurs centaines de mètres de tuyaux et de conduites. La pression de service des pompes est de 350 bars au maximum. Pour Aregger, la sécurité de l’exploitation est une priorité absolue. L’entreprise non seulement veille à un entretien minutieux de ses engins, mais mise également sur les fluides et les lubrifiants de haute qualité de MOTOREX. En effet, les pelles mécaniques jouent un rôle déterminant dans un gros projet de déconstruction. Une fois démonté, le matériel est trié en fonction des filières de concassage, par exemple le béton est séparé de l’acier, puis évacué. Lors de la déconstruction des halles de la Foire de Bâle par exemple, 47 camions-benne étaient engagés en même temps pour évacuer le matériel de démolition, totalisant 180 trajets par jour. On imagine donc aisément que la panne de l’A-Rex causerait un effroi similaire à celui provoqué par la rencontre d’un T-Rex le soir au fond des bois!

Visionnez la déconstruction du Baloise Park.

aregger-ag.ch
youtu.be/FD14-aeFKmk