Mini-séries #WomenInScience - Partie 3

Dr Maria Mahrova est une chimiste estonienne qui travaille pour MOTOREX depuis plus de six ans. Elle nous donne un aperçu des coulisses de son histoire et de son travail chez MOTOREX.

Dans la troisième partie de notre mini-série #WomenInScience, nous avons le plaisir de vous présenter Dr Maria Mahrova, une des nombreuses femmes qui travaillent dans notre laboratoire.

Raconte-nous en plus sur toi et ton histoire Maria
Je suis originaire d'Estonie. C'est ma 6ème année pour MOTOREX maintenant. Je suis titulaire d'un doctorat en chimie et d'un MBA. J'ai fait mon doctorat en Espagne dans le cadre du projet Marie Curie ITN MINILUBES. Pendant cette période, j'ai également rencontré ma collègue actuelle, Parvin. Ce qui était intéressant pour moi, c'est que le programme avait une participation féminine minimale de 40 %. J'ai terminé mon doctorat en 2013 et j'ai ensuite effectuée mon postdoc en Allemagne. J'y ai travaillé pendant deux ans pour une entreprise d'éclairage. À la fin de mon contrat, j'ai commencé à travailler pour MOTOREX. Je n'avais jamais prévu de venir en Suisse. J'ai toujours été très libre et je cherchais également des emplois en Australie et au Japon à cette époque. J'ai toujours été très sûre par les décisions que je prenais et cela m'a conduit dans les endroits les plus divers. Parfois, il faut juste avoir le courage d'essayer des choses et, au final, elles sont payantes.

Qu'est-ce qui t’a donné envie de devenir scientifique?
Je m'en souviens encore très bien - j'avais 16 ans et pendant l'été, je rendais visite à mon frère aîné qui préparait son doctorat. C'était la première fois que je voyais un laboratoire dans la vie réelle. Il m'a tout raconté sur la chimie et la physique avec des yeux brillants et il était tellement excité par tout cela que c'était en quelque sorte contagieux. L'idée de devenir un scientifique me plaisait de plus en plus.

Qu'est-ce qui te fascines dans ta profession?
Pour moi, c'est la partie découverte. Le sentiment de rassembler de petites parties individuelles en quelque chose de grand est à couper le souffle. J'aime l'idée que ce que nous créons est diffusé dans le monde. Nous ne gardons pas ce que nous créons, mais nous le partageons finalement avec les autres, avec les clients, les fans et les personnes intéressées. Le travail scientifique doit être partagé et échangé.

D'autre part, j'apprécie de travailler dans des équipes mixtes et multiculturelles, comme c'est le cas ici à MOTOREX. Cela permet de voir les choses sous les angles les plus différents.

À quoi ressemble ta vie quotidienne dans le laboratoire MOTOREX?
Ma journée est très dynamique. Je travaille avec de nombreux services et je ne suis pas seulement dans le laboratoire devant les tubes à essai toute la journée. Je conseille les personnes de la production et des ventes, je rends visite aux clients ou je consulte et échange des informations avec le service technique à la clientèle. J'apprécie cet échange et le fait de pouvoir me déplacer.

Plus concrètement, je m'occupe de la R&D pour les produits industriels. Je travaille sur les fluides de travail des métaux miscibles à l'eau et je suis très enthousiaste sur ce sujet épineux. Il faut beaucoup de réflexion interdisciplinaire pour travailler sur ce sujet. Il faut penser aux besoins des clients, à la chimie, à la durabilité, aux applications et à la qualité. Mais sinon, ce serait trop monotone pour moi.

Comment vois-tu le rôle des femmes dans les sciences?
Malheureusement, les femmes ont encore des difficultés de nos jours, même en Europe et dans mon pays d'origine, l'Estonie. J'ai eu la chance que ma famille soit très ouverte et progressiste. Je me rends compte qu'il y a encore plus d'hommes que de femmes dans l'industrie des lubrifiants. Mais je l'ai accepté et je n'y pense plus beaucoup. Je connais mes forces et je crois en moi. Les gens qui ne me connaissent pas sont souvent surpris de mes connaissances dans le domaine technique et du fait que je peux leur donner des conseils compétents.

Mais nous devons aussi nous rappeler qu'il n'y a pas que les préjugés sexistes. L'âge joue également un rôle. Pour beaucoup de gens, je suis encore un peu jeune et cela leur donne un sentiment d'insécurité.

Comment pouvons-nous encourager davantage de femmes à suivre un chemin similaire au tiens?
Avant tout, les femmes doivent s'intéresser à l'industrie. Une façon de les sensibiliser est de le faire pendant l'enfance. Les enfants doivent avoir la possibilité, pendant l'enseignement obligatoire, d'acquérir des connaissances dans différents domaines et d'essayer diverses choses. Les parents peuvent également apporter une contribution importante. Par exemple, ils peuvent emmener leurs filles à un atelier et les initier à ces sujets également.

Les entreprises peuvent généralement devenir plus attrayantes pour les femmes en leur offrant certains avantages. Elles peuvent également proposer à leurs employés des formations aux compétences non techniques, dans le cadre desquelles elles peuvent fournir des informations sur différents sujets. Il est important de se rappeler qu'il ne s'agit pas seulement de partager l'expertise - aujourd'hui, avec nos modes de vie rapides, nous ne devons pas oublier les relations interpersonnelles également.

Y a-t-il quelque chose que tu aimerais partager avec la future génération de femmes scientifiques?
Il est normal d'être une femme. Vous n'avez pas besoin d'adopter les habitudes des autres pour vous intégrer. Je voyais comme un compliment le fait qu'un garçon dise : "Tu es cool, tu es comme nous". Mais j'ai changé d'avis aujourd'hui. Je suis fière d'être une femme. Les femmes ne devraient pas devenir comme les hommes juste pour se faire entendre. C'est précisément ces différences qui nous donnent la diversité, des points de vue différents et une nouvelle impulsion pour trouver des solutions innovantes aux problèmes de plus en plus complexes auxquels nous sommes confrontés.

 

- Merci Maria pour tes réponses intéressantes et perspicaces.

close

Nous utilisons des cookies pour améliorer nos services. En utilisant ce site Web, vous acceptez ce qui suit. Pour en savoir plus sur les questions juridiques et la protection des données.